Informations

Courtes vidéos sur la biologie évolutive

Courtes vidéos sur la biologie évolutive


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ce que je recherche

J'envisage éventuellement de commencer mes sessions d'enseignement avec de courtes vidéos émotionnelles, impressionnantes ou passionnantes qui sont en quelque sorte liés à la biologie évolutive incl. diversité de la vie, histoire de l'évolution sur terre, processus évolutifs spécifiques (conflit sexuel, évolution du vieillissement, évolution du taux de mutation, taux de spéciation,…), diversité des systèmes d'accouplement, transitions majeures, etc…

Des films de 3 minutes seraient parfaits. 15 minutes serait trop long. Les vidéos doivent être facilement accessibles pour les étudiants en Bachelor ayant peu de connaissances en biologie évolutive.

Exemples

La vidéo d'Asap Science sur l'histoire évolutive de la vie conviendrait parfaitement.

Le début de We are all related by vsauce conviendrait parfaitement.

Cette vidéo de SciShow est généralement trop longue

Cette vidéo sur l'évolution du visage humain ferait l'affaire mais je ne sais pas trop à quel point c'est exact et ça fait un peu bizarre que le produit final soit un mâle blanc !

Ce serait génial si toutes les suggestions ne portaient pas sur l'histoire humaine récente ou sur les dinosaures :)

Avez-vous des suggestions?


J'ai vu cette vidéo HHMI aujourd'hui. Il s'intitule La vie animée d'A.R. Wallace, et il discute des contributions qu'Alfred R. Wallace a apportées à la théorie de l'évolution. C'est un peu long pour votre temps indiqué de 3 minutes. mais il raconte comment, dans des accès de paludisme, il a eu ses idées sur l'évolution.

HHMI propose également toute une série de vidéos et de modules sur l'évolution, bien que celui de Wallace lui soit venu à l'esprit car il montrait son ambition et son désir de résoudre le problème, même s'il n'avait pas reçu de formation formelle en sciences.


Ce n'est pas vraiment une vidéo mais c'est une simulation réelle dans le navigateur de véhicules qui évoluent pour maîtriser une piste de course. Je le projette à l'écran pendant que j'introduis des algorithmes génétiques dans mes cours de science des données. Je demande ensuite aux gens d'identifier les caractéristiques clés du processus évolutif et nous en parlons alors que les « voitures » évoluent encore :
http://boxcar2d.com/

Les gens m'ont dit que c'était vraiment motivant. Après cela, nous commençons à programmer notre premier algorithme génétique.

C'est une vidéo que je montre parfois en plus (5 min. sur des robots dans un monde artificiel apprenant à marcher) :
https://www.youtube.com/watch?v=pgaEE27nsQw


https://youtu.be/hOfRN0KihOU Désolé, cette vidéo n'est pas courte, mais parfaite. De Kurzgesagt chanel youtube


La BBC et d'autres programmes d'animation CG sur la vie d'Édiacarien, les trilobites et d'autres formes de vie anciennes sont très intéressants à voir. Il existe de nombreux programmes CG qui donnent vie aux mers édiacariennes. https://www.youtube.com/watch?v=znO8q5Ht17g

Animation CG de David Attenborough du microraptor chinois, où il sort de son fossile et vole dans la pièce. microraptor chassant d'autres reptiles volants :

https://www.youtube.com/watch?v=-fyxUxGdrns

https://www.youtube.com/watch?v=SmcqnAWKLJQ


Voici un tas de vidéos amusantes sur l'évolution ! Ils ne sont peut-être pas très éducatifs à première vue, mais ils peuvent tout de même apporter plus qu'un simple rire aux étudiants.

Vidéos de MinuteEarth

La chaîne youtube MinuteTerre a beaucoup de vidéos liées à l'évolution d'environ 2 à 6 minutes chacune. Regardez par exemple à

PBS Eons

PBS Eons propose de nombreuses vidéos intéressantes sur l'histoire de la vie sur Terre. Les vidéos peuvent être un peu longues pour vos besoins, environ 5 à 10 minutes en moyenne.

MaxBird feat Jamie

  • Les dinosaures ont disparu ? en 7'51"

Comment l'évolution est-elle souvent déformée

  • South Park - La théorie de l'évolution de M. Garrison en 51"

et bien sur

  • Simpsons - L'évolution d'Homère en 1'29"

On peut aussi simplement taperÉvolutionsur google Image pour n'avoir que cette vision trompeuse et anthropocentrique de la représentation de l'évolution

Pourquoi l'évolution de Pokemon n'est pas comme l'évolution dans la nature


Chanson

  • Evo-Devo A capella sur Despacito par acapellascience.

Argument créationniste (bien que ce ne soit pas vraiment la façon dont le PO veut aller)

  • Simpsons - Chaînon manquant (à partir de 1'14" à 2'10)

Dans la catégorie « Réponse à l'argument créationniste », il est facile de trouver des vidéos amusantes simplement en montrant des arguments créationnistes burlesques tels que

  • Ray Comfort - la banane prouve Dieu (de 1'12" à 2'20 bien que toute la vidéo soit assez drôle). La vidéo mélange des questions de croyance en Dieu et d'évolution que je n'ai pas l'intention de faire moi-même et que je pourrais (à juste titre ) être considéré comme offensant par les étudiants, alors soyez prudent.

Ce clip Evo-Devo de A Capella Science est très bien : https://www.youtube.com/watch?v=ydqReeTV_vk&feature=youtu.be


Courtes vidéos sur la biologie évolutive - Biologie

introduction
L'évolution est la descente avec modification (Charles Darwin). Les questions que l'évolution essaie de résoudre sont les suivantes : pourquoi y a-t-il autant de types d'espèces sur notre plante ? D'où viennent-ils? Comment se fait-il qu'ils semblent tous si différents mais en fait sont tous quelque peu liés ? L'étude sur l'évolution a un impact énorme sur votre vie. Par exemple, cela peut expliquer pourquoi les médecins donnent ou non des antibiotiques lorsque vous êtes malade, cela peut aussi expliquer la crise mondiale du VIH.

Le père de l'évolution : Charles Darwin
La théorie de l'évolution a été décrite pour la première fois par Charles Darwin. Pour comprendre la descendance avec modification, il faut comprendre 1) l'idée que les organismes actuels sont issus d'espèces ancestrales plus anciennes au fil du temps 2) La modification est un mécanisme ou un processus d'interaction entre l'environnement et un organisme à sélectionner pour des traits héréditaires. La sélection naturelle est un mécanisme important de modification. Si une espèce survit assez longtemps, elle a été sélectionnée naturellement. La survie dépend d'un organisme adapté à l'environnement. En d'autres termes, la l'organisme le mieux adapté à l'environnement survit pour se propager - c'est ce qu'on appelle la survie du plus apte.

Sélection naturelle
La sélection naturelle est un processus dans lequel certains organismes meurent et certains survivent en fonction de leur variation naturelle et de leur succès dans leur environnement. Ceux qui survivent héritent des traits. Au fil du temps, les traits hérités des organismes les plus adaptés deviennent la norme. , et connu comme une adaptation.

Spéciation
Les nouvelles espèces proviennent du processus d'évolution. L'événement de spéciation se produit lorsque les membres d'une nouvelle communauté reproductrice ne se reproduisent plus avec leur population ancestrale en raison de l'isolement et de l'accumulation subséquente d'adaptations à leur nouvel environnement. L'évolution comprend plusieurs événements de spéciation au fil du temps, qui peuvent être représentés avec un arbre phylogénétique.

Preuve de l'évolution
Les preuves de l'évolution comprennent les archives fossiles, la taxonomie, les preuves génétiques et les structures homologues. Les archives fossiles montrent des organismes qui pourraient être des ancêtres d'organismes aujourd'hui, changeant lentement au fil du temps. La taxonomie montre des organismes qui sont regroupés selon des similitudes évolutives. Les preuves génétiques montrent que de nombreux organismes ont des modèles d'ADN communs. Des structures homologues suggèrent que les organismes proviennent d'ancêtres similaires car ils ont des structures osseuses très similaires.

Variation génétique
La variation naturelle correspond aux différences entre les individus au sein d'une espèce. La variation génétique peut provenir de changements dans l'ADN, qui se produisent lors de mutations ou de la méiose.

Équilibre de Hardy-Weinberg
L'équilibre se produit lorsque la sélection naturelle ne peut pas avoir lieu, et donc les gènes de la population restent constants. L'équilibre se produit lorsqu'il y a une grande population d'accouplement aléatoire, où personne n'entre ou ne sort, la mutation ne se produit pas et la sélection naturelle ne prend pas endroit.

L'évolution est une descente avec modification La théorie de l'évolution a été décrite pour la première fois par Charles Darwin. Le concept de base de l'évolution comprend deux points : 1) les organismes actuels sont issus d'espèces ancestrales plus anciennes au fil du temps 2) la survie du plus apte, l'organisme le mieux adapté à l'environnement survit pour se propager. Les nouvelles espèces naissent dans le processus d'évolution.

L'événement de spéciation se produit lorsque les membres d'une nouvelle communauté reproductrice ne se reproduisent plus avec leur population ancestrale en raison de l'isolement et de l'accumulation subséquente d'adaptations à leur nouvel environnement. La théorie de l'évolution, comme d'autres théories scientifiques, a également été formée par des étapes d'observation-hypothèse-test d'hypothèse. Aujourd'hui la théorie de l'évolution est complétée par quelques modifications dont des équilibres ponctués et des effets d'écosystèmes.

  • Explication de type stick-note pour une compréhension facile
  • Organigramme pour montrer le processus de sélection naturelle
  • Exemple d'un arbre phylogénétique pour montrer la relation évolutive des singes et des humains
  • Déduction étape par étape de la théorie de l'évolution
  • Définition
  • Concepts clés
  • Héritage
  • Variation naturelle
  • Aptitude
  • Registre des fossiles
  • Preuve taxonomique
  • Preuve génétique
  • Preuve de structure homologue

Voir les 24 leçons de biologie au lycée, y compris les didacticiels conceptuels, les exercices de résolution de problèmes et les aide-mémoire : Teach Yourself High School Biology visuellement en 24 heures


Portrait court

L'Institut Max Planck de biologie évolutive se compose des trois départements Génétique évolutive, Théorie évolutive et Biologie des populations microbiennes. L'institut se concentre sur la recherche fondamentale pour démêler les processus évolutifs généraux, tels que les adaptations écologiques, les avantages de la reproduction sexuée ou l'évolution de la coopération. La portée du travail comprend des approches écologiques, organiques, moléculaires et théoriques.

Organisation

Directeur général
Prof. Dr. Diethard Tautz

Membres scientifiques, directeurs
Prof. Dr Paul Rainey
Prof. Dr. Diethard Tautz
Prof. Dr. Arne Traulsen

Membres scientifiques émérites
Prof. Dr. Winfried Lampert
Prof. Dr Manfred Milinski

Équipements et installations de l'institut

L'institut abrite des laboratoires récemment rénovés, un amphithéâtre, une salle de travaux pratiques, une grande bibliothèque et un centre informatique.
Des salles d'aquariums sont disponibles et permettent de simuler différentes saisons. Des bassins extérieurs et des enclos dans les lacs à proximité permettent la conduite d'expérimentations écologiques dans des conditions définies.
Il y a aussi une installation pour garder des colonies de souris sauvages et une installation expérimentale pour faire des expériences écologiques de population avec des souris sauvages.

L'équipement principal comprend une installation de microscope et d'immunologie pour étudier les parasites, diverses machines pour les analyses génomiques, y compris les puces à ADN et le séquençage à haut débit, ainsi qu'un micro-scanner pour les petits animaux.


Instructions:

Il y a 7 courtes vidéos à regarder sur cette page, ouvrez les vidéos à l'aide du lien QUICKTIME et regardez, prenez des notes pendant que vous regardez les clips et n'hésitez pas à les lire à nouveau. Utilisez les écouteurs de l'ordinateur pour écouter le son.

Pour chaque segment vidéo, vous avez une question à répondre. Veuillez écrire vos réponses sur une feuille de papier séparée et les écrire sous forme de paragraphes, faites attention à la grammaire et à la ponctuation. Chaque réponse doit comporter environ 2 à 3 phrases. Remettez chaque papier séparément lorsque vous avez terminé. Étiquetez le haut avec votre nom et le segment vidéo/la question à laquelle l'essai est lié.

Vidéo 1 - L'évolution n'est-elle pas qu'une théorie ?

Est-il correct de dire que l'évolution est JUSTE une théorie ? La gravité est-elle JUSTE une théorie ? Défendez votre réponse.

Vidéo 2 - Qui était Charles Darwin ?

Pourquoi Darwin était-il considéré comme un « révolutionnaire » ?

Vidéo 3 - Comment savons-nous que l'évolution se produit ?

Décrire les fossiles de transition associés à l'évolution des baleines. Inclure des exemples spécifiques de ces fossiles et expliquer pourquoi ils sont considérés comme des ancêtres des baleines ?

Vidéo 4 - Comment l'évolution fonctionne-t-elle vraiment ?

Décrivez le processus de sélection naturelle et comment il affecte les populations de colibris.

Vidéo 5 - Les humains ont-ils évolué ?

Expliquez comment les séquences d'ADN sont utilisées pour fournir des preuves d'ascendance commune.

Vidéo 6 - Pourquoi l'évolution est-elle importante maintenant ?

Pourquoi la théorie de l'évolution est-elle une théorie importante pour les médecins et le domaine de la médecine ? Comment la théorie affecte-t-elle la façon dont les maladies et les traitements sont abordés ?

Vidéo 7 - Pourquoi l'évolution est-elle controversée de toute façon ?

De nombreuses religions dominantes (y compris le catholicisme) ne trouvent pas de conflit entre la foi et l'évolution. Décrivez comment une personne peut concilier ce que dit la Bible avec ce que dit la science et incluez votre propre point de vue sur la question de savoir si vous pensez qu'une personne peut croire en Dieu (et la Bible) et comprendre également la théorie de l'évolution.

Total Possible: 5 pts par essai

/>Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 Unported License.


Concentrations de recherche

Génétique, génomique et évolution moléculaire

La biologie évolutive est l'étude de la diversité de la vie et des processus qui la créent. Le groupe Evolutionary Genomics aborde ces sujets en intégrant des connaissances et des méthodes issues de la biologie moléculaire, des mathématiques, de la physique et de l'informatique.

Le séquençage moderne de l'ADN à haut débit et la puissance de calcul font aujourd'hui une période incroyablement excitante pour déchiffrer le processus évolutif avec les génomes. Combinant ces outils techniques avec ingéniosité et passion, les chercheurs en génomique évolutive de l'UofT poussent à l'avant-garde de ce domaine pour aborder des questions fondamentales dont leurs prédécesseurs ne faisaient que rêver et s'attaquer à de nouvelles questions que les générations précédentes n'avaient jamais imaginées.

Comment évoluent les nouvelles espèces ? Comment les agents pathogènes coévoluent-ils avec leurs hôtes ? Dans quelle mesure l'évolution adaptative est-elle reproductible ? Comment naissent les chromosomes qui déterminent les deux sexes ? Pourquoi se reproduire avec deux parents plutôt qu'un seul (comme le font de nombreuses plantes et certains animaux) ? Comment sont tous de ces phénomènes codés dans les génomes ?

Ces recherches scientifiques fondamentales sont essentielles pour trouver des solutions à de nombreux problèmes en sciences appliquées également, comme la cartographie des gènes des maladies humaines en médecine, la prédiction de la capacité des espèces à s'adapter au changement climatique rapide et la lutte contre l'adaptation rapide des parasites et des médicaments résistants aux médicaments. mauvaises herbes résistantes aux herbicides.

Écologie des populations, des communautés et des écosystèmes

L'écologie étudie les interactions entre les individus et avec l'environnement. Il examine des questions telles que la façon dont les populations envahissent, persistent ou disparaissent, comment les communautés sont assemblées et maintenues, et comment l'énergie et les nutriments circulent dans les écosystèmes. En tant que telle, l'écologie englobe plusieurs niveaux d'organisation biologique, allant de la façon dont l'histoire naturelle d'une espèce est liée à la croissance de sa population, à la façon dont la prédation et la compétition structurent les réseaux trophiques, à la façon dont les écosystèmes absorbent et libèrent du carbone. L'écologie constitue la base d'applications de diversité, telles que les interactions entre les virus et un système immunitaire en médecine, comment une maladie émergente se propage à travers une population, comment protéger et récupérer les espèces menacées, la récolte optimale de ressources renouvelables telles que la pêche et la foresterie , et comprendre et atténuer le changement climatique. Les écologistes de l'EEB utilisent une variété d'approches méthodologiques, en particulier le travail sur le terrain, les expériences en laboratoire, les modèles mathématiques et l'analyse statistique d'ensembles de données mondiaux.

Biologie intégrative

La fonction et l'évolution de ces traits de l'organisme qui sous-tendent les systèmes morphologiques, comportementaux et physiologiques.

Biologie théorique et computationnelle

Biologie de la conservation

La Terre est entrée dans une nouvelle ère connue sous le nom d'Anthropocène dans laquelle les impacts humains dominent désormais les changements de la biodiversité. Des facteurs tels que le changement climatique mondial, les espèces envahissantes, la pollution et la perte d'habitat ont entraîné une augmentation des extinctions d'espèces qui peuvent maintenant être jusqu'à 100 à 1000 fois supérieures aux niveaux normaux. La biodiversité qui est perdue ne modifie pas seulement la composition des écosystèmes, mais affecte également la capacité des écosystèmes à fournir aux gens des produits de première nécessité tels que l'air pur, l'eau et la nourriture. Les chercheurs de l'EEB (professeurs, post-doctorants, étudiants diplômés et étudiants de premier cycle) s'efforcent de comprendre et de trouver des moyens d'atténuer ces changements dans la biodiversité. Les projets actuels impliquent des travaux sur le terrain, des expériences et des modélisations pour comprendre les processus qui génèrent et maintiennent la biodiversité, comment concevoir des réseaux d'aires protégées qui conservent au mieux la biodiversité, comment la démographie et la répartition des espèces répondent au changement climatique, l'émergence et la propagation des maladies infectieuses , les effets omniprésents de la pollution plastique sur les rivières, les lacs et les océans, et l'écologie de la pêche durable et d'autres services écosystémiques aquatiques. Ce travail des chercheurs de l'EEB ne se termine pas lorsque la science est terminée, mais se poursuit par la communication et l'engagement avec le public, l'industrie, les organisations de conservation et les gouvernements pour aider à expliquer comment les changements de gestion et de politique peuvent améliorer la conservation de la biodiversité.

Biodiversité et systématique

Le processus de divergence évolutive est en fin de compte responsable de la génération de l'extraordinaire biodiversité de notre planète à partir d'un seul ancêtre. La systématique est l'étude des relations qui unissent tous les organismes sur terre, c'est-à-dire l'arbre de vie. Les systématiciens découvrent et décrivent des espèces nouvelles pour la science, reconstruisent des relations phylogénétiques et testent des hypothèses sur le tempo et le mode d'évolution sur de grandes échelles temporelles et spatiales. Le groupe Biodiversité et Systématique fait progresser les connaissances sur l'arbre de la vie et la macroévolution à l'aide d'outils issus de la génétique, de l'anatomie et de la morphométrie, de la géologie et de la paléontologie, des mathématiques, des statistiques et de la biologie de terrain. Les progrès récents de la génomique, de l'imagerie morphologique et de la biologie computationnelle ont conduit la systématique à devenir l'un des domaines les plus dynamiques de la biologie.

Comment la biodiversité actuelle se compare-t-elle à celle du passé profond ? Quels facteurs écologiques ou innovations adaptatives favorisent la diversification ? L'évolution se répète-t-elle lorsque la « bande de la vie » est rejouée sur différentes îles ou continents ? Les caractères adaptatifs à court terme augmentent-ils en fin de compte le risque d'extinction à long terme ?

En cherchant des réponses à ces questions, le Biodiversity & Systematics Group enrichit notre compréhension du monde diversifié dans lequel nous vivons et éclaire le chemin évolutif ramifié qui a conduit à la biodiversité actuelle. Les connaissances phylogénétiques fournissent un contexte historique vital pour la recherche dans les sous-disciplines biologiques, de la biologie moléculaire à l'écologie communautaire, et les développements de la systématique ont conduit à des avancées majeures dans les sciences appliquées, notamment le contrôle des espèces envahissantes, la prévision épidémiologique et le développement de vaccins.

Écologie des maladies et biologie évolutive

Les parasites et les agents pathogènes qui causent la maladie sont des organismes complexes et réactifs, qui ressemblent davantage à des ours polaires qu'à des polluants, qui interagissent avec leur environnement et les autres espèces qu'il contient. Ce sont ces interactions avec d'autres espèces qui influencent, par exemple, si une nouvelle maladie se propage de la faune aux humains ou des espèces d'élevage aux espèces sauvages, la gravité de cette maladie chez son nouvel hôte et comment la distribution de la maladie changera avec le climat. monnaie. De telles interactions sont au cœur de la recherche écologique. Pendant ce temps, les approches évolutives de la maladie répondent aux questions sur les raisons pour lesquelles les parasites nuisent à leurs hôtes, comment la gravité de la maladie ou l'infectiosité peut changer en réponse aux interventions de santé publique et comment ralentir ou éviter au mieux la résistance aux médicaments ou l'évasion vaccinale.

Les chercheurs de l'EEB de l'Université de Toronto utilisent une combinaison de modélisation mathématique et statistique, de travaux expérimentaux en laboratoire et d'études sur le terrain pour répondre à certaines de ces questions fondamentales sur l'écologie et l'évolution des maladies. Les projets actuels comprennent la quantification du défi des parasites pour maintenir la sécurité alimentaire et la conservation de la faune, prédire la propagation des maladies transmises par les tiques dans un monde en réchauffement et identifier les caractéristiques des parasites qui peuvent les prédisposer à être moins sensibles au traitement médicamenteux.


Histoire de l'Institut

L'Institut Max Planck à Plön a ses origines dans la "Biologische Anstalt zu Plön", fondée par Emil Otto Zacharias en 1891. La Société Kaiser Wilhelm, prédécesseur de l'actuelle Société Max Planck, a repris l'Institut en 1917 sous le nom de "Institut hydrobiologique" dans le contexte de August Thienemann&possède sa nomination à l'Institut.

A cette époque, l'objectif de la station était de pouvoir mener des recherches en biologie aquatique, en particulier des recherches sur le plancton, directement à proximité de nombreuses eaux intérieures. Plön, entourée de ses lacs, offrait naturellement les meilleures conditions pour cela. August Thienemann, qui a dirigé l'institut pendant 40 ans, a de plus en plus étudié les lacs en tant qu'écosystèmes. Grâce à ses études comparatives bien au-delà de Plön et de l'Allemagne et ses nouveaux concepts, il a fondé la limnologie en tant que discipline scientifique.

Son successeur en 1957 était Harald Sioli, qui effectuait des recherches au Brésil à l'époque. Il a apporté l'écologie tropicale à Plön. Sioli a entrepris de nombreux voyages de recherche, notamment dans la région amazonienne. Sous sa direction, l'institut a été agrandi et déplacé à son emplacement actuel. En 1966, il a été rebaptisé Institut Max Planck de limnologie. La même année, Hans-Jürgen Overbeck a été nommé deuxième directeur, qui a dirigé le nouveau département "General Limnology". Il a élargi la recherche expérimentale sur les écosystèmes et a notamment étudié le cycle matériel des algues et des bactéries.

Après le départ à la retraite d'Harald Sioli, Winfried Lampert devient le nouveau directeur de l'Institut Max Planck de Plön en 1984. Il dirige le département d'écophysiologie jusqu'en 2006. Il utilise principalement le plancton comme organisme modèle, pour lequel il dispose de deux grandes tours à plancton, quasi maquettes de lacs artificiels, construites à l'institut.

Winfried Lampert a étudié, entre autres, les relations prédateur-proie et les adaptations évolutives associées, ce qui signifie que l'accent de l'Institut s'est progressivement déplacé vers la biologie évolutive. Avec les nominations de Manfred Milinski en 1999 et de Diethard Tautz en 2006, cette orientation a été consolidée, et il était logique de renommer l'institut Max Planck Institute for Evolutionary Biology en 2007. Cela a été suivi en 2014 par la nomination d'Arne Traulsen. en tant que troisième directeur et chef du Département de théorie de l'évolution. En 2016, Paul Rainey est devenu directeur et chef du département de biologie des populations microbiennes. Manfred Milinski a pris sa retraite en 2018.

Les directeurs dirigent l'institut conjointement et alternent dans la gestion. En plus des trois départements, dont chacun contient plusieurs groupes de recherche indépendants, l'Institut héberge plusieurs groupes de recherche indépendants Max Planck, Fellows et Guest Groups. Certains de ces groupes sont financés par d'importants fonds de tiers. Comprenant des scientifiques, du personnel administratif et technique, l'Institut compte aujourd'hui environ 165 employés.


  • Cette spécialisation de master axée sur la recherche vous offre une connaissance approfondie des sciences de l'évolution, de la molécule à l'écosystème.
  • Les chercheurs de Naturalis contribuent de manière significative et offrent des possibilités de stages
  • Après l'obtention de votre diplôme, vous êtes bien équipé pour commencer une carrière dans la recherche évolutive ou prendre la responsabilité de projets dans un environnement de recherche industriel ou institutionnel.

Si vous souhaitez acquérir des connaissances de pointe sur tous les aspects de la biologie évolutive, cette spécialisation de maîtrise est le bon choix. Vous serez préparé pour un programme de doctorat ou des postes de recherche dans des universités ou des instituts.


Courtes vidéos sur la biologie évolutive - Biologie

Le laboratoire Lieberman utilise les archives fossiles pour mieux comprendre les modèles et les processus de la macroévolution.

Le laboratoire Cartwright étudie l'évolution de Medusozoa en utilisant la phylogénétique et le développement.

Le Billings' Lab caractérise les caractéristiques régissant les flux d'azote, de carbone et d'eau dans les écosystèmes terrestres, et comment ces dynamiques sont influencées par les changements environnementaux.

Le laboratoire de Hileman se concentre sur la compréhension de l'évolution du développement des plantes en mettant l'accent sur la diversification florale.

Le laboratoire Smith étudie l'évolution des poissons à l'aide d'approches morphologiques et moléculaires.

Le laboratoire de Reuman fait de l'écologie quantitative des populations et des communautés, souvent à de grandes échelles spatiales.

Le laboratoire de Glor étudie l'évolution de la diversité biologique, en se concentrant sur le rayonnement adaptatif dans Anolis lézards et autres reptiles.

Le Burgin Lab étudie comment les activités humaines et le changement climatique affectent la qualité de l'eau dans les zones humides, les lacs et les cours d'eau.

Le laboratoire de Thorp se concentre sur les niveaux communautaires et écosystémiques de l'écologie aquatique

Le laboratoire d'Engel étudie la biologie et la biodiversité des abeilles sauvages à travers le monde.

Bienvenue au Département d'écologie et de biologie évolutive (EEB) de l'Université du Kansas (KU) !

Pour saisir l'étendue et la profondeur des opportunités de recherche et d'enseignement supérieur dans l'EEB à la KU, nous avons organisé les intérêts et les activités de notre faculté en trois thèmes principaux :

  • Écologie et biologie du changement global
  • Mécanismes évolutifs
  • Biodiversité et macroévolution

Ces trois domaines thématiques sont composés de 40 membres du corps professoral permanents/titulaires ayant des intérêts et une expertise divers. Notre lien commun est centré sur la biologie des organismes : leur histoire, comment ils se développent, où ils vivent, comment ils s'adaptent, comment ils changent au fil du temps et comment ils interagissent. Avec nos près de 70 étudiants diplômés, nous voyageons beaucoup, collectant et visitant des sites d'études littéralement dans le monde entier. Nous étudions les fossiles anciens et nous prédisons les événements climatiques futurs, nous appliquons des analyses de pointe pour répondre à des questions critiques, et nous collaborons et éduquons.

Veuillez explorer ce site Web pour en savoir plus sur nous et nos activités. Voici quelques liens qui peuvent être utiles :


En 1837, Charles Darwin a dessiné son premier « arbre de l'évolution » dans son carnet « B », avec les mots « Je pense » griffonnés au-dessus, pour illustrer son idée que toutes les espèces d'aujourd'hui sont issues d'un seul ancêtre commun. Mais le mauvais ajustement des données de séquences génétiques oblige les scientifiques à abandonner l'arbre, faisant place à un nouveau paradigme des origines.

Une vision évolutionniste non darwinienne a été proposée, mais cette proposition n'est en fait que le vieux « monstre plein d'espoir » avec une torsion. Suite.


Superbes vidéos d'Evolution en action

La MEGA-plate permet aux scientifiques d'observer les bactéries s'adapter aux antibiotiques sous leurs yeux.

Vous avez sans doute déjà vu cette intrigue : un casting de personnages se réduit lentement au cours d'une quête, dans laquelle des défis de plus en plus difficiles obligent les protagonistes à acquérir de nouvelles compétences. Une histoire familière, mais vous ne l'avez jamais vue se dérouler dans un film comme celui-ci.

Les acteurs sont des bactéries. Leur ensemble est un grand plat en acrylique, de quatre pieds de large et deux de large. Il est rempli d'une gelée d'agar nutritive qui contient des quantités variables d'un antibiotique. Les sections les plus externes sont exemptes de médicament, une zone sûre dans laquelle les microbes peuvent facilement se développer. Mais à mesure qu'ils se déplacent vers le centre du plat, la concentration d'antibiotique augmente par incréments de 10 fois et les conditions deviennent de plus en plus mortelles. Pour survivre dans ces zones toxiques, ils doivent développer une résistance.

Et c'est ce qu'ils font. Au début de la vidéo, des bactéries sont déposées sur les bords du plat et colonisent rapidement les zones de sécurité extérieures. Ensuite, ils heurtent leur premier mur d'antibiotiques, ce qui arrête leur progression. Après quelques instants, des points lumineux apparaissent à cette frontière et commencent à s'étendre vers l'extérieur. Ce sont des bactéries résistantes qui ont pris des mutations qui leur permettent d'ignorer le médicament. Ils avancent jusqu'à ce qu'ils atteignent la prochaine zone antibiotique. Une autre pause, jusqu'à ce que des souches encore plus résistantes évoluent et envahissent plus loin dans le plat. À la fin du film, même la bande la plus au centre - la zone avec les niveaux les plus élevés de produits chimiques tueurs - est colonisée.

Ce que vous voyez dans le film est une description vivante d'un problème très réel. Les bactéries pathogènes et autres microbes évoluent de plus en plus pour résister à nos médicaments d'ici 2050, ces infections imperméables pourraient potentiellement tuer dix millions de personnes par an. Le problème des infections résistantes aux médicaments est terrifiant mais aussi abstrait par nature, les microbes sont invisibles à l'œil nu, et le processus par lequel ils défient nos médicaments est encore plus difficile à visualiser.

Mais maintenant, vous pouvez : il suffit de regarder à nouveau cette vidéo. Vous voyez l'évolution en action. Vous regardez des êtres vivants relever de nouveaux défis, mourir, rivaliser, prospérer, envahir et s'adapter, le tout dans un film de deux minutes.

Michael Baym, membre de l'équipe de Roy Kishony à Harvard, est le réalisateur de ces vidéos. Il est aussi leur producteur, directeur de casting, régisseur et éclairagiste. Il appelait le plat l'Observatoire de la croissance microbienne (OMG), mais des pairs plus conservateurs l'ont forcé à changer le nom de la plaque Microbial Evolution and Growth Arena (MEGA-plate).

Le nom original est peut-être plus approprié : lorsque Baym a montré les vidéos lors d'une conférence sur la biologie évolutive à Washington DC le mois dernier, de nombreux participants étaient impressionnés et bouche bée. "C'est excitant, créatif et qui change la donne", déclare Shelly Copley de l'Université du Colorado, l'une des organisatrices. Baym lui-même, qui a vu les films des centaines de fois, en est toujours époustouflé. "Vous pouvez réellement voir des mutations se produire", dit-il, avant de secouer la tête et de sourire.

La plaque MEGA a commencé comme un projet parallèle. Baym a été inspiré par un collègue qui avait créé un « morbidostat », une installation dans laquelle des bactéries sont cultivées dans un flacon et soumises à des antibiotiques. Mieux ils grandissent, plus il y a de drogues qui s'y ajoutent. Leur environnement change constamment, ce qui rend leur survie de plus en plus difficile et les oblige à évoluer continuellement. "C'est comme un jeu de taupe bactérienne", explique Baym. "Nous les frappons avec des marteaux de plus en plus gros, et ils portent des chapeaux de mieux en mieux."

Mais les bactéries flottant dans un flacon ne peuvent vous en dire autant. Dans le monde réel, l'évolution ne se produit pas dans une cuve de liquide tourbillonnante et uniforme. Les microbes doivent se développer sur des surfaces, envahir de nouveaux territoires, rivaliser avec leurs voisins. L'espace compte. C'est pourquoi Baym a créé la plaque MEGA.

L'installation a été facile : Baym vient de commander « le plus gros morceau de plastique que nous pouvions encore passer à travers une porte ». Tourner les vidéos a été le plus dur. La plupart des géloses sont jaunes, ce qui rend la vidéo terrible, donc Baym et son collègue Tami Lieberman ont utilisé de l'encre pour la teindre en noir. Ils obtenaient des reflets du plafond, qu'ils résolvaient avec beaucoup de peinture noire et de ruban adhésif. L'eau se condensait sur le couvercle de l'assiette, alors ils ont été équipés de radiateurs pour la sécher. D'autres microbes contamineraient la gelée, ils ont donc déployé de grandes quantités d'eau de Javel.

Baym et Lieberman travaillaient le soir et le week-end. "C'était un projet parallèle secret et puis soudain, nous avons réalisé qu'il y avait quelque chose là-dedans", se souvient-il. « Lors d'une retraite départementale, nous avons montré le premier film où nous avons vu des modèles d'évolution clairs. J'ai ensuite reçu un e-mail disant : vous devez arrêter tout ce que vous faites et vous concentrer sur cela. »

La plaque MEGA montre à quel point les bactéries peuvent bafouer nos médicaments facilement et facilement. Au premier essai, le microbe intestinal commun E. coli évolué pour être 1 000 fois plus résistant à sept antibiotiques très différents. Il est devenu 10 000 fois plus résistant au triméthoprime et 100 000 fois plus résistant à la ciprofloxacine. Some strains could even yank the ciprofloxacin out of solution, wearing crystals of the supposedly lethal chemical like little hats.

Other scientists have shown this before, albeit not quite in such a beautiful and intuitive way. But the MEGA-plate isn’t just a fancy visual aide. It’s also a valuable research tool. Baym and his colleagues can collect microbes from different places on the plate and sequence their DNA. They can then reconstruct the gradual accumulation of mutations that allowed some bacteria to make it all the way from the safe periphery to the deadly centre. They can work out which mutations matter.

Most importantly, they can look at how bacteria evolve in realistic three-dimensional spaces. “It is very exciting and takes us much closer to the real thing,” says Pamela Yeh from the University of California, Los Angeles.

Here’s an example. Resistance doesn’t come for free, and the same mutations that make bacteria invincible tend to slow their growth. You can see that in the movie below: at the 0:30 mark, the bacteria have advanced into the first antibiotic zone, but their colonies are faint and sparse.

But as the movie continues, bright spots start appearing within the faint areas. These are bacteria that have picked up “compensatory mutations”, which allow them to grow quickly and resist antibiotics. They ought to have been the fittest microbes on the plate, able to colonise new areas more effectively than their slower-growing peers. But more often than not, they became trapped. Weaker strains at the front of the expanding wave of microbes were already gobbling up all the nutrients, leaving their faster-growing peers with nowhere to grow. “You don’t have to be better than everyone else around you you just have to be the first in a new area,” says Baym.

It shows the importance of randomness in evolution “in a really beautiful way, a way that is easy to visualize and thus hard to deny,” adds Yeh. “It’s not just that mutations need to arise, it matters very much those mutation pops up.”

It is increasingly clear that location matters in infectious diseases. For example, people with cystic fibrosis often develop chronic bacterial infections in their lungs. Those microbes don’t grow as a single uniform population instead, they form isolated clusters that stick to separate parts of the lung, evolve independently, and often vary in important traits like antibiotic resistance. “There are some really interesting parallels between those infections and the multiple coexisting wavefronts [on the MEGA-plate,” says Michael Brockhurst from the University of York. The latter might be very useful for studying the former.

Beyond any applications in research and medicine, the MEGA-plate also makes for a wonderful teaching tool. It makes the abstract concrete. It vividly brings the process of evolution to life—and to view. “We’re visual creatures,” says Baym. “Seeing is believing.”


Voir la vidéo: La biologie évolutive humaine - Carla Aimé (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Bede

    Vous avez été visité par une pensée tout simplement magnifique

  2. Milkree

    Bonne nouvelle, continuez comme ça, bonne chance à l'avenir.

  3. Gut

    Je confirme. Je souscris à tout ce qui précède. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  4. Martainn

    Je félicite, excellente réflexion

  5. Marwood

    Faire des erreurs. Nous devons discuter. Écrivez-moi dans PM.



Écrire un message